Fin du voyage

Espace d'expression en français s'il vous plaît...
Répondre
Olivier
Je scinde les sujets.
Je scinde les sujets.
Messages : 3744
Enregistré le : 28 janv. 2010 15:52
Contact :

Fin du voyage

Message par Olivier » 07 oct. 2016 00:10

Je me permet de créer un post spécifique pour ces belles paroles issues du blog de Wawataï.
C'est divinement bien écrit.



FIN DU VOYAGE

J'ai la déprime…

Une belle et forte déprime.

Pas de doute, le voyage n'est pas une denrée alimentaire.

Je ne suis pas rassasiée, je meurs de faim, de découvrir encore d'autres visages, d'autres façons de vivre. Je me sens vide, vidée.

Avec tout ce qu'on a vu, toute la route qu'on a mangée, tous les paysages qu'on s'est avalés, je devrais être nourrie, apaisée, la panse bien remplie. Ça devrait être l'heure de la sieste, de la somnolence après un bon repas de famille. Le petit café achève de refroidir dans les tasses, on tripote les miettes, on gratte une petite tache de vin sur la nappe en se rappelant déjà comme un vieux souvenir les délicieuses bouchées de l'apéro.

Et là, je me sens désertée, démunie, la pensée bien ramollie, tout en creux.

Le soir, je m'endors en voyant tout ce que je ne verrai plus.

Le matin, je me réveille avec la boule au ventre. Il ne reste plus que quelques grains de bonheur dans notre sablier. Je ne vois plus que ce gros tas de sable, inerte et terne qui se vautre dans toute sa passivité dans le bas du flacon. Alors que celui qui achève de couler dans le haut du flacon me semble encore si riche, si unique, si coloré, si vivant, si surprenant, tellement capable de bâtir encore quelques royaumes.

Et soudain, j'ai honte de me sentir mal. On a rencontré tellement de gens pour qui le quotidien est fait d'efforts, de levers matinaux et de couchers tardifs pour gagner trois francs six sous, de lutte pour garder la tête haute et les habits propres. Mes états d'âme me paraissent bien dérisoires.

Mais faut dire qu'on a vécu une année unique.

Et, dans ces dernières semaines, où on se traîne pour se laisser penser qu'on vit encore une aventure, je veux juste me laisser couler, seule, toucher le fond et me redonner assez d'énergie pour refaire surface comme une fusée, retourner ce maudit sablier pour repartir vers une nouvelle promesse sans contrepartie.

Quoi de mieux, pour arrêter le temps, que de le faire tourner sur lui-même ? Sauf que, avec l'âge, je suis devenue sensible et les tourniquets, ça me donne la nausée.

Pendant une année, on a bâti notre famille comme jamais. On a fabriqué, à force de compromis, de blagues et de tendresse, un gant qui convient parfaitement à nous 5, bien ajusté mais autonome, chaque doigt aidant à resserrer les boulons et à lier la sauce.

Mais, une année après, cet accessoire si méticuleusement cousu, tissé, fourré et douillet est devenu trop petit. Les enfants ont pris chacun presque 6 centimètres, et ils vont bientôt nous trouver bien étroits, trop collants.

Ce que j'ai aimé dans ce voyage, c'est que tout était à portée de main. C'est super rassurant. On vit dans un tout petit univers où chacun sait où sont les limites de l'autre. Et pourtant, dès qu'on ouvre la porte, c'est le monde immense qui s'étale à nos pieds.

Tout bouge à l'horizontale, on est cette flèche qui vibre dans l'air, dans ces moments stables où les enfants ne subissent pas la force centrifuge qui les éloignera de nous, les fera grandir. On bouleverse les lois de la physique et, en faisant le tour de l'Asie, on vit le Big Crunch à la place du Big Bang.

Bien sûr, tout n'a pas été toujours tout rose durant le voyage, il y a parfois eu des clash, des moments où il fallait un peu s'éloigner pour mieux se retrouver. Des moments où le déterminant possessif prenait des airs de poignard plus ou moins acéré : « Il est où ton bivouac ? » « C'était ton idée de tourner à droite ! » « C'était écrit quoi sur ta carte ? » « Prends ton vélo et va faire un tour si tu veux ».

Mais, finalement, on a deux forces qui nous ont aidés à passer par dessus ces moments de lassitude, d'énervement ou d'engueulades : on n'est pas rancunier et il n'y a que deux règles à connaître (s'il y en a plus, c'est dur à comprendre, dur à appliquer, dur à faire respecter). D'ailleurs, demandez à Coralie, elle vous dira aussitôt quelles sont ces deux règles : Règle numéro 1 : « Mêle-toi de tes affaires ». Règle numéro 2 : « N'ouvre la bouche que pour dire des choses gentilles ». Et voilà, c'est tout.

Et maintenant, je ne sais pas ce qui me fait le plus peur…

Retrouver une maison immense où je vais me perdre ?

Retrouver des élèves sans scrupule qui vont m'ennuyer ?

Voir les enfants partir dans des univers qui ne sont déjà plus les miens ?

Mais ce qui me fait le plus confiance, c'est que je vais vieillir avec Olive et qu'on va bientôt acheter un vieux camion russe pour faire le tour de la lune.

Puisque l'amour, c'est ce mouvement magique vers les étoiles, tout ce qui nous reste quand le voyage est fini, le sablier renversé et les enfants envolés.



Bon, pour le camion russe, faudra peut-être rediscuter, parce qu'il consomme beaucoup…



Oliv' :wink:

pepere63
J'suis maçon ! Et alors !
J'suis maçon ! Et alors !
Messages : 515
Enregistré le : 28 févr. 2014 07:00
Type de véhicule : SPRINTER 4x4
Nom de Famille : chalard
Prénom : patrick
Métier : non
Département : 63260
Hobbie(s) : voyages
Localisation : AUVERGNE
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par pepere63 » 07 oct. 2016 07:57

Bonjour ,
merci à wawataï pour ce texte magnifique ! Comme j'aurais aimé l'écrire !
Bravo et respects .

Avatar du membre
new-one
Cerveaux à vapeur.
Cerveaux à vapeur.
Messages : 2975
Enregistré le : 10 oct. 2007 15:16
Type de véhicule : B110 Ponticelli
Prénom : yves
Métier : bricologue vagabond
Département : 84
Localisation : BEDOIN, 84410
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par new-one » 17 oct. 2016 19:18

OUI à déguster sans modération.
Yves
Si on ne fait rien, rien ne change !

Avatar du membre
sebidon
Effectivement y'a quelque chose.
Effectivement y'a quelque chose.
Messages : 887
Enregistré le : 25 sept. 2011 15:52
Type de véhicule : pinz, cabstar 4x4, ex-vario4X4
Département : 12
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par sebidon » 17 oct. 2016 22:16

oui le bourdon de l'après, snif

ce texte est très joli, et si juste.

Merci

Avatar du membre
Noich'
Tiens voila les clés
Tiens voila les clés
Messages : 718
Enregistré le : 22 déc. 2010 15:10
Type de véhicule : 110.150
Prénom : Olivier
Métier : Intermittent du travail
Département : Seine et Marne
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par Noich' » 18 oct. 2016 09:31

Poétique et plein de mélancolie, c'est très beau.
Et comme pour beaucoup d'entre nous il pose la question de "l'après" : comment reprendre sa vie là où on l'avait laissé maintenant que nous avons bousculé nos habitudes et tellement de nos certitudes, et à quel projet se raccrocher pour continuer à vivre vraiment.
Bon courage pour la suite, je suis sûr que vous arriverez à rebondir !
http://www.truckistan.net

Ne demandez jamais votre chemin à quelqu’un qui le connaît, vous risqueriez de ne pas vous perdre. (Zoo Project)

Avatar du membre
new-one
Cerveaux à vapeur.
Cerveaux à vapeur.
Messages : 2975
Enregistré le : 10 oct. 2007 15:16
Type de véhicule : B110 Ponticelli
Prénom : yves
Métier : bricologue vagabond
Département : 84
Localisation : BEDOIN, 84410
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par new-one » 03 janv. 2017 18:52

Coucou

J'ai déjà salué plus haut la qualité de ce texte. :D

Pour le titre j'aurais préféré "Fin d'un voyage".

Car "un vieux camion russe pour faire le tour de la lune" laisse poétiquement penser que le voyage n'est pas terminé.

Maintenant que les têtes ont goûté au voyage, le voyage est dans les têtes. Les corps devront s'y faire, ils devront suivre les têtes, un jour ou l'autre.

Cordialement
Yves
Si on ne fait rien, rien ne change !

Avatar du membre
eric32
Venez... Venez...
Venez... Venez...
Messages : 651
Enregistré le : 26 oct. 2012 20:31
Type de véhicule : 911
Prénom : éric
Département : 32
Hobbie(s) : tout
Contact :

Re: Fin du voyage

Message par eric32 » 04 janv. 2017 18:38

L'idéal est de partir sans contrainte de retour. c'est plus réalisable quand l'on attaque la troisième partie de sa vie.
Si fin de voyage il y a, peut-être vaut-il mieux recaler son cerveau et considérer la fin d'un épisode et le début d'un autre sans notion de fin définitive. Ce qui nous fait avancer c'est bien la réalisation de projets, quels qu'ils soient, les uns après les autres, non sans limites mais sans barrières en tout cas. C'est important d'avoir un camion russe à dénicher pour relancer la machine......
:arrow: Membre BMH & Co
vous pouvez nous suivre sur le site:https://envie-d-errance.com

Répondre

Retourner vers « A vos plumes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité