petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Espace d'expression en français s'il vous plaît...
Avatar de l’utilisateur
sebg61
Je scinde les sujets.
Je scinde les sujets.
Messages : 3445
Inscription : 18 Août 2010 18:49
Type de véhicule : B90 4x4
Prénom : Sébastien
Métier : technicien électronique
Département : 61 et 78
Hobbie(s) : Faire du 4x4 avec un camping-car :-)
Contact :

petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar sebg61 » 28 Déc 2012 22:22

Salut,

"L'AMITIÉ.

Comme un arbre, l'amitié grandit au fil des ans. Ses racines prennent de la vigueur et lui permettent de devenir grande et forte. C'est de cette façon que la nôtre s'est développée, et malgré nos hauts et nos bas, nous avons vu grandir ce partage de notre quotidien. Aujourd'hui, pour s'apercevoir que l'autre a besoin d'un peu d'attention ou simplement de notre présence, nul n'est besoin de se parler. Je remercie la vie de t'avoir mis sur ma route; vraiment, ce fut l'un des plus beaux cadeaux qu'elle m'a fait. Tout comme moi, tu es un arbre qui a essuyé bien des tempêtes et des ouragans. Contre vents et marées, nous avons toujours su garder le moral, apprécier le retour du soleil et régénérer nos forces dans les moments d'accalmie.
"

massider

@+

Seb

Avatar de l’utilisateur
voyageur d'étoiles
C'est la fête
C'est la fête
Messages : 1020
Inscription : 04 Jan 2012 16:53
Type de véhicule : TRM 4000 M59 / Pajero II 2.8 long GLX
Nom de Famille : Sa vie Man
Prénom : Sylvain
Métier : Chauffeur PL ...
Hobbie(s) : Voyages ...
Localisation : Terre
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar voyageur d'étoiles » 03 Juin 2014 03:45

Ami"e"s du soir bonsoir,

Amitiés partager Sébastien :)
je me lance dans quelques pensées ...

Je suis un Voyageur.
Je ne fait partie de rien,
j'appartiens à un TOUT.
Je n'appartiens à personne
de cette société malade ...
Nul pars est mon territoire et
en territoire conquis nul pars, je le suis.
Même sédentaire je suis un Voyageur
car je ne m'installe pas plus dans mes
certitudes que sur un bout de terre ...
Le vrai luxe dans la vie c'est l'espace et le temps, la richesse ne se mesure pas avec le bien matériel mais dans l'esprit et le coeur .. Ceux qui ne croient pas en un monde meilleur sont prié de ne pas ternir ceux qui y travail pour le bien tous ;)

Rêve ta vie, vis tes rêves ... ॐ ड़छछ ॐ "Si vous ne changez pas en vous-même, ne demandez pas que le monde change"

yoda Namasté Patchamama 8)

Avatar de l’utilisateur
Noich'
Tiens voila les clés
Tiens voila les clés
Messages : 718
Inscription : 22 Déc 2010 15:10
Type de véhicule : 110.150
Prénom : Olivier
Métier : Intermittent du travail
Département : Seine et Marne
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar Noich' » 22 Juil 2014 14:51

Tiens, je n'avais pas lu...
Le début est sympa, mais ça c'est magnifique :

voyageur d'étoiles a écrit :Même sédentaire je suis un Voyageur
car je ne m'installe pas plus dans mes
certitudes que sur un bout de terre ...
http://www.truckistan.net

Ne demandez jamais votre chemin à quelqu’un qui le connaît, vous risqueriez de ne pas vous perdre. (Zoo Project)

Avatar de l’utilisateur
Noich'
Tiens voila les clés
Tiens voila les clés
Messages : 718
Inscription : 22 Déc 2010 15:10
Type de véhicule : 110.150
Prénom : Olivier
Métier : Intermittent du travail
Département : Seine et Marne
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar Noich' » 29 Juil 2014 23:10

Pensée du soir, à quelques jours du départ...


Terrible époque que la notre, où l'utilitarisme forcené devrait dicter tous nos faits et gestes; même le voyage a du mal à y échapper. Dites à vos collègues "je pars en vacances 3 semaines", aucune question sur le pourquoi de la chose, c'est l'évidence même. Par contre dites-leur "je pars en voyage 3 mois", immédiatement les questions fusent - invariablement les mêmes -, et passé le "où ?" vient immédiatement le "pourquoi ?". Partez dans un pays en développement, on vous demande si c'est pour une mission humanitaire, partez dans un pays riche, on s'interroge si c'est pour travailler.
Quand on me demande pourquoi je voyage, j'ai l'impression que l'on me demande pourquoi je fais l'amour. Je me retrouve donc la plupart du temps un peu interdit, déjà parce que la réponse me paraît évidente, et ensuite parce qu'elle serait trop longue et trop intime pour que j'aie envie de la donner au premier venu. J'ai l'impression en lisant des blogs de voyageurs que certains en ont conçu une certaine culpabilité; du coup la plupart des grands voyages ont une justification. Ainsi cette famille qui a choisi de traverser l'Afrique en ne roulant qu'à l'huile végétale pour promouvoir l'alternative aux carburants fossiles (beau projet en soi), ou ce jeune couple fraîchement émoulu d'une école d'environnement qui part mesurer l'accès à l'eau dans les pays qu'ils vont traverser (idem), ou encore ce jeune retraité qui s'est fixé pour objectif de faire la route de la Soie en marchant au minimum une quarantaine de kilomètres par jour, etc.
S'il est de beaux projets, notamment humanitaires qui ne sont guidés vraiment que par des volontés altruistes et philantropes, ou encore une excuse à un périple bien préparé mais auquel on se permettra toutes les digressions souhaitées, j'ai l'impression que beaucoup de voyageurs ressentent ce besoin de se justifier, vis-à-vis des autres ou de leur propre culpabilité de transgresser un temps les valeurs érigées en vertus dans nos sociétés occidentales que sont le travail, la réussite, l'efficacité, la rentabilité. Ainsi on va non seulement donner une utilité à son voyage, mais également y ajouter des contraintes; faudrait pas déconner, il ne manquerait plus que le voyage soit trop facile et que l'on se couche le soir sans avoir de problèmes à régler le lendemain, ou d'objectifs à atteindre.
Comme si la curiosité, la soif de rencontres avec d'autres personnes et cultures, le plaisir d'entendre parler une langue différente de la notre, le goût de l'inconnu et de l'imprévu et tant d'autres choses qui me font voyager ne constituaient pas déjà en soi des raisons suffisantes pour mettre les voiles...
Quant à moi je me suis débarrassé de ce sentiment de culpabilité depuis un bon moment (si tant est que je l'ai jamais eu un jour), et porte ma soif d'ailleurs en étendard : je ne voyage que pour voyager.
http://www.truckistan.net

Ne demandez jamais votre chemin à quelqu’un qui le connaît, vous risqueriez de ne pas vous perdre. (Zoo Project)

Avatar de l’utilisateur
Noich'
Tiens voila les clés
Tiens voila les clés
Messages : 718
Inscription : 22 Déc 2010 15:10
Type de véhicule : 110.150
Prénom : Olivier
Métier : Intermittent du travail
Département : Seine et Marne
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar Noich' » 09 Déc 2014 16:58

"Nous n’avons pas envie de nous engager. Nous n’avons pas l’esprit de sacrifice. Nous n’avons pas le sentiment du devoir. Nous n’avons pas le respect des cadavres.
Nous voulons vivre. Est-ce si difficile ?
Le monde sera bientôt aux mains des polices secrètes et des directeurs de conscience. Tout sera engagé. Tout servira. Mais nous ?
Nous ne voulons servir à rien. Nous ne voulons pas que l’on nous utilise.
Une pluie de cendres enfouit lentement la terre sous l’ennui et la contrainte. Les hommes, un à un, rejoignent leur affectation dans les troupeaux.
Nous, nous sommes les innocents du village. Nous jouons avec les filles, le soleil ou la littérature.
Avec notre vie aussi, à l’occasion. Nous en ferons n’importe quoi plutôt que de la porter aux grandes machines à tout utiliser.
Il est dangereux d’enlever leur part de soleil aux innocents."


J-J. Pauvert (1945).
http://www.truckistan.net

Ne demandez jamais votre chemin à quelqu’un qui le connaît, vous risqueriez de ne pas vous perdre. (Zoo Project)

Avatar de l’utilisateur
new-one
Il est parti par là.
Il est parti par là.
Messages : 2896
Inscription : 10 Oct 2007 15:16
Type de véhicule : B110 Ponticelli
Prénom : yves
Métier : bricologue vagabond
Département : 84
Localisation : BEDOIN, 84410
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar new-one » 10 Déc 2014 10:30

Merci pour ces pensées que je partage à 100 %.

J'ai un jour quitté la "vie active" pour voyager (quand on voyage on n'est pas actif... :lol: ), il m'a fallu un an pour ne plus avoir de culpabilité, oser boire mon T'i punch en regardant le lagon sans penser que je faisais "l'école buissonnière", le truc interdit, pour ne plus penser à tous ceux qui obligés de travailler me regarderaient comme un "affreux privilégié".

Une fois passé cette frontière la vie devient réellement plus sereine, la vue s'éclaircit car nous pouvons alors capter des signes que nos formatages productivistes auraient négligés, que l'urgence aurait masqués, nous pouvons éliminer de l'information qui nous submerge tout ce qui ne sert à rien, autrement dit presque tout ! La place est libre pour une perception plus réaliste, plus sensible, plus humaine, plus contemplative, je ne parle pas d'une histoire où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil mais de ce que nous rencontrons et vivons sans que quelqu'un nous dise comment il faut le voir ou comment il faut l'interpréter.

Aujourd'hui, je peux faire l'éloge de la flemmardise, de la farniente, du glandouillage, de l'opportunisme d'un comportement spontané sans but ni objectif. Le respect de l'autre doit bien sûr accompagner le voyageur et le dilettantisme n'exclut pas la rigueur dans la façon de préparer un voyage aussi bien côté technique qu'humaine. Cette "rigueur" sur le fond n'est pas contradictoire avec le laisser aller qui s'en suivra, bien au contraire, la liberté de l'invention du bon moment sera plus authentique si elle est débarrassée de toutes les questions qu'on pourrait alors se poser sans cette préparation.
Traverser une immense région où les "secours modernes" seront à 4 ou 5 jours de distance nécessite d'avoir au préalable résolu la question du sens de la vie et de la mort... Si le risque est parfaitement accepté et assimilé, réellement et non pour faire bien dans une discussion, on pourra soudainement décider de tourner à droite cap sur l'inconnu plutôt que de suivre la piste balisée.

La meilleure façon de découvrir le bel endroit ou la belle rencontre est de se perdre. Faut il le faire en toute sérénité.
Il peut devenir amusant, comme un gros clin d'œil, de décider que l'objectif est de se perdre, non but s'il en est !

Cordialement
Yves
Dernière édition par new-one le 11 Déc 2014 08:08, édité 1 fois.
Aujourd'hui peut être... ou alors demain.

Avatar de l’utilisateur
bernard
Explorateur confirmé !
Explorateur confirmé !
Messages : 2246
Inscription : 13 Jan 2007 16:45
Type de véhicule : B90 4x4
Nom de Famille : Debucquoi
Prénom : Bernard
Métier : Retraité hyperactif
Département : Nord
Localisation : St Souplet (Nord)
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar bernard » 10 Déc 2014 20:25

Je pense, je suis certain, je suis convaincu que j'ai mis en route BMH pour lire et entendre vos propos qui me font chaud au cœur
Merci à vous tous :wink:
Le vin d'ici est meilleur que l'eau-delà.
Vous aimez ce forum ? Alors soutenez le => http://forum.bernard.debucquoi.com/viewtopic.php?f=129&t=9673
:arrow: Membre BMH & Co

Bernard

Avatar de l’utilisateur
PHIL138
Pilote
Pilote
Messages : 142
Inscription : 13 Avr 2011 08:27
Type de véhicule : atleon LAPINOU
Département : 43
Hobbie(s) : Le trial et la nature
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar PHIL138 » 12 Déc 2014 13:52

Entièrement d'accord aussi et pourtant sur la route, la grande majorité des voyageurs que nous avons pu croiser, étaient plus préoccupée par la recherche du prochain accès wifi ou l'arrivée en temps et en heure à l'hôtel ou au camping réservé la veille par mail... Sans parler du programme parfaitement bien établi dont aucune dérogation n'était même envisageable.
De bien belle pensée donc mais apparement pas facile à mettre en pratique pour tous le monde.

Avatar de l’utilisateur
Noich'
Tiens voila les clés
Tiens voila les clés
Messages : 718
Inscription : 22 Déc 2010 15:10
Type de véhicule : 110.150
Prénom : Olivier
Métier : Intermittent du travail
Département : Seine et Marne
Contact :

Re: petit(e) poème/pensée d'inconnu ...

Messagepar Noich' » 15 Déc 2014 12:11

new-one a écrit :Une fois passé cette frontière la vie devient réellement plus sereine, la vue s'éclaircit car nous pouvons alors capter des signes que nos formatages productivistes auraient négligés, que l'urgence aurait masqués, nous pouvons éliminer de l'information qui nous submerge tout ce qui ne sert à rien, autrement dit presque tout ! La place est libre pour une perception plus réaliste, plus sensible, plus humaine, plus contemplative, je ne parle pas d'une histoire où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil mais de ce que nous rencontrons et vivons sans que quelqu'un nous dise comment il faut le voir ou comment il faut l'interpréter.


Moi qui alterne des périodes de travail de 7 à 9 mois avec des périodes de voyage à peu près égales, il me faut à chaque fois 3 ou 4 semaines pour en revenir à cet état d'esprit (et encore, à condition de pouvoir commencer le voyage tranquillement, pas en roulant tous les jours par exemple).
En moins d'une année de boulot je perds cette acuité et cette ouverture à des ressentis/rencontres/expériences, c'est dingue ce que le métro-boulot-dodo + gestion du quotidien conditionne à l'efficacité et me rend inapte à pleinement percevoir et profiter de ces perceptions dont tu parles.
Moins de temps pour penser, moins de temps pour voir et moins de temps pour écouter.
http://www.truckistan.net

Ne demandez jamais votre chemin à quelqu’un qui le connaît, vous risqueriez de ne pas vous perdre. (Zoo Project)


Revenir vers « A vos plumes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité