Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

ETR , PPM , Apaches , etc ...
Avatar de l’utilisateur
Luke
Conducteur de bolide de rang 2
Conducteur de bolide de rang 2
Messages : 333
Inscription : 06 Mars 2010 22:02
Type de véhicule : Volvo 4x4 de 14 tonnes de 1997
Nom de Famille : Harrison
Prénom : Luke
Métier : Ingénieur Mécanique
Département : 06
Hobbie(s) : CCPL 4x4, VTT
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar Luke » 30 Mars 2015 15:51

Fx712 a écrit :pourquoi en MP ?

tous les lecteurs ne répondent pas à chaque inter, et heureusement ! !

le sujet à été consulté plus de 2 800 fois en 1 an, il y a donc des gens intéressé, mais pas forcément "actifs" au point de répondre ....

(d'autant plus que pour le coup, ce camion n'est pas vraiment orienté "voyage" , mais plutôt "compétition" ... )


+1
Je crois que tous les lecteurs ont envie de lire les galères et les triomphes de l'équipe; et si il y en a qui ne veulent pas, ils n'ont qu'à ne pas cliquer dessus.
Ne t'embête pas avec les MP, poste ici stp.

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 30 Mars 2015 23:07

C'est bien parce qu'on est plus dans la compet que dans le voyage que je n'ai pas tout mis.
Maintenant, il y a de quoi mouliné aussi pour ceux que cela intéressent.
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 30 Mars 2015 23:33

C’EST PARTI POUR LA 25ème EDITION DU RALLYE DES GAZELLES
Après avoir effectué les vérifications techniques et administratives d’usage, Sandra RIVIERE et Bénédicte FLEITOUR, équipage n° 235, ont pris le départ de la 25ème édition du Rallye des Gazelles sur la promenade des Anglais de Nice ce samedi 21 mars 2015.


10906077_934213609962017_8893102752887239534_n.jpg


Arrivé la veille à Nice, l’équipage avait hâte de retrouver l’Unimog en ce vendredi matin. Le premier rendez vous, pour les vérifications techniques et administratives, est à 11 heures. Avant cela, il s’agit de régler les derniers détails et d’effectuer le parage du véhicule car il sera stationné ensuite sur un parc fermé où il sera alors inaccessible. Le temps presse, d’autant que l’équipage décèle une température anormalement excessive du moyeu arrière droit. Impossible de partir à Sète sans en avoir le coeur net.

20150321_13-18-14_NICE_DEPART RALLYE DES GAZELLES.JPG


Un problème grave de frein ou de réducteur et c’est la fin de l’aventure avant même d’avoir commencé l’épreuve. Compte tenu des impératifs horaires, l’équipage et le camion rejoignent le parc fermé pour une (très) longue série de vérifications et de contrôles. Les nouvelles règles imposées par la direction de course sont toujours plus contraignantes, mais tout se passe très bien au final. Le temps file alors que le briefing général des équipages approche à grand pas.

20150321_15-00-20_NICE_DEPART RALLYE DES GAZELLES.JPG


Il est alors 17h30 et l’équipage rejoint la salle de briefing de l’Allianz Riviera. Vers 18h45, le camion est emmené à Théoule sur Mer, afin de subir un ultime contrôle du train arrière avec l’aide providentielle d’un ami de Bruno DECLERCQ. Vers 21 heures, le verdict tombe : tout va bien, fausse alerte. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter outre mesure et le camion retrouve son équipage impatient vers 22h45.
« C’est typiquement le genre de chose qui arrive. On essaie de penser à tout, et on est toujours rattrapé au dernier moment par un problème auquel on n’avait encore jamais été confronté. C’est alors qu’il faut garder la tête froide et agir avec lucidité et détermination. Impensable de manquer le départ ! » rappelle Sandra.

received_1027457177283896.jpeg


En ce samedi 21 mars, les Gazelles sont toutes sur le pied de guerre dès l’aube. Le rendez vous pour la mise en place des véhicules sur la promenade des Anglais a été fixé à 8 heures. Le camion ne déroge pas à la règle, d’autant qu’il sera inévitablement une des attractions du défilé. Sandra et Bénédicte ne veulent pas perdre de temps pour la mise en place car l’équipe de tournage de l’émission « Toute une histoire » de France 2 est à Nice pour les suivre toute la journée. La foule est présente en masse sur la promenade pour accueillir les Gazelles. Les gens se pressent pour voir les compétitrices. Sandra et Bénédicte sont très sollicitées tant par les médias que par les autres équipages. Malgré un temps peu clément, l’ambiance est chaude et survoltée sur la promenade.

Vers 14 heures, les équipages se regroupent autours de la scène centrale installée pour l’occasion. Jean Marc Généreux se charge de faire monter la température, puis c’est au tour du maire de Nice, Christian Estrosi, de prendre la parole pour galvaniser les Gazelles. 14h45, c’est le départ des premiers équipages sous les applaudissements de la foule toujours aussi nombreuse. Vient le tour de l’Unimog qui ne se fait pas prier pour franchir la ligne de départ et prendre la route de Sète. Bénédicte exulte : « C’est vraiment formidable ! Presque incroyable. Je pense à tout le chemin effectué depuis un an, à ma famille, mes amis mais aussi à nos sponsors et à nos partenaires qui n’ont pas ménagé leur peine et leur investissement jusqu’au dernier instant pour que nous soyons là aujourd’hui ! L’aventure commence, et je suis prête à en découdre ».

RAG20150321_Nice_NIC_120014.JPG


Sète est atteint vers 21 heures. Le trajet s’est passé dans de bonnes conditions malgré les nuages menaçants. L’équipage en profite pour commencer à s’approprier l’Unimog. Loup et Rex, les 2 mascottes des écoles primaires St Nicolas (Saumur) et Ste Jeanne d’Arc (Rennes) ont trouvé leur place. Avant de monter dans le ferry qui les conduira dans 36 heures à Nador et alors que la pluie redouble de force, Sandra et Bénédicte font une dernière photo pour montrer leur soutien à la lutte contre le cancer. L’hôpital de Saumur est partenaire de l’équipage. La traversée sur le bateau est mise à profit par Sandra pour revoir les instructions techniques concernant l’entretien et le contrôle du camion pendant l’épreuve. La direction de course à interdit la possession des cartes des éditions précédentes pour la durée du rallye. De plus, les nouvelles cartes seront fournies le matin même de chaque épreuve. Bénédicte de son côté en profite pour faire le point sur ses affaires de navigation.

Les équipages ont débarqué à Nador ce lundi matin 23 mars 2015. L’ambiance est bonne au sein du team.
Ce soir, nos Gazelles en Unimog profitent de leur dernière nuit en hôtel à Rabat. Demain, ce sera le départ officiel au Maroc. Elles seront alors rejointes par les équipages Marocains, Américains, et Canadiens pour le début effectif de l’épreuv avant le prologue.
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 30 Mars 2015 23:39

LE MAROC, ENTRE DUNES ET CONGERES !
Après un départ officiel pluvieux le mardi 24 mars en fin de matinée à Rabat, les Gazelles ont été surprises par une tempête de neige lors du franchissement de l’Atlas marocain. Provoquant des ralentissements importants, Sandra RIVIERE et Bénédicte FLEITOUR, équipage n° 235, sont parvenues, non sens mal, à rejoindre le départ du prologue en début d’après midi.


RAG20150324_Rabat_NIC_010199.JPG


Ce matin du mardi 24 mars, le ciel de Rabat est chargé. Des nuages s’amoncellent depuis le levé du soleil, et il pleut par intermittence. Il en faut plus cependant pour décourager les Gazelles qui trépignent d’impatience de rejoindre, plus au sud-est, la zone de départ du prologue qui aura lieu le lendemain. Le convoi est formé et à 11h, le Ministre du Tourisme Lahcen Haddad donne le départ aux côtés de l’Ambassadeur de France au Maroc, Monsieur Fries et de Dominique Serra l’organisatrice du rallye. Malgré le vent et la pluie, et sous les applaudissements, les équipages de Gazelles prennent la route d’Erfoud escortés par la gendarmerie royale.

RAG20150324_Rabat_JEM_010279.JPG


Les conditions météo se dégradent au fur et à mesure de la progression du convoi vers les sommets. La neige entre dans la danse. On roule alors au pas (50km en 5 heures). Pour l’Unimog n°235 tout va bien, jusqu’à ce que le chauffage de la cabine tombe en panne. La température extérieure est largement négative. Ce n’est pas un problème pour Sandra et Bénédicte qui sont bien équipées mais le pare-brise gèle et la visibilité devient mauvaise.
La progression se poursuit avec les autres véhicules. Sandra : « En montagne, le temps change de façon rapide et souvent brutale. C’est pourquoi, je n’ai pas hésité à prendre par exemple mon duvet grand froid au cas où. »

11070790_10204042746370747_3806161787989827847_n.jpg


Un peu plus loin, le comportement du camion change. Il effectue une première amorce de tête à queue puis une seconde. L’équipage est aux aguets. Sandra prend alors toutes les précautions pour arrêter le véhicule en sécurité. Le problème ne vient pas de la route enneigée. Il semble que se soit à nouveau un problème mécanique au niveau du train arrière. Dans ces conditions, le bivouac ne pourra être atteint ce soir. Il faut se rendre à l’évidence, Sandra et Bénédicte vont devoir attendre le lendemain pour réparer et repartir. Elles parviennent à trouver un hôtel à Midelt pour passer la nuit, et contactent l’organisation pour trouver une solution. Un mécanicien va être dépêché au plus tôt dans la matinée pour trouver une solution.

RDG_by_WilliamK-0749_resize.jpg


Mercredi 25 mars dans la matinée, l’arrivée du mécanicien est attendue avec impatience par l’équipage qui compte bien participer au prologue. Le bivouac est encore à plusieurs heures de routes. Finalement, le mécanicien arrive et une solution est trouvée. Le camion peu repartir. L’équipage arrive à temps pour prendre le départ du prologue. Cette fois, L’équipage 235 entre dans le vif du sujet. Bénédicte n’en démord pas : « Les conditions météorologiques combinées aux petits déboires sur cette étape de liaison n’ont pas entamé notre enthousiasme. Bien au contraire ! Nous sommes déterminées à faire tout ce qui sera en notre pouvoir et plus encore pour parvenir à Essaouira ».

______________________________________
NDLR :
A l’heure où ces lignes sont rédigées, les équipages ont rendu leurs téléphones portables. Il devient donc impossible d’obtenir des informations en direct. A partir de ce soir, les équipages disposent d’un accès internet limité chaque soir au bivouac pour transmettre quelques informations. Ceci doit leur permettre de prendre connaissance des messages d’encouragement que vous leur ferez parvenir via la page officielle du rallye des gazelles;.

Etape du jour : LE PROLOGUE
MECH IRDANE / MECH IRDANE – km idéal 50 km – temps estimé 2h20
Etape en boucle
Pour certaines c'est l'aboutissement d'un rêve de plusieurs années qui se concrétise … Enfin ! La carte est tracée. La boussole prête à prendre des centaines de CAP durant ces 10 jours. Les drapeaux de la ligne de départ escortent les premiers hectomètres de l'aventure. Le moteur est en marche … Il est temps de se confronter aux espaces désertiques marocains …

10425418_937860432930668_2152092939661674504_n.jpg


Le prologue du jour est comme toujours un exercice grandeur réelle. Pas de véritables difficultés à l'horizon malgré quelques reliefs très marqués et les premières zones sableuses. Tout du moins, l'apprentissage de la carte par rapport au terrain ne sera pas forcément aisé pour les plus novices et devrait donner quelques sueurs froides et interrogations.

10404896_937860492930662_7805580366320612461_n.jpg


Novice, ce n'est pas ainsi que nous pourrons qualifier les équipages engagés dans la catégorie EXPERT. 14 équipages (pilote et navigante) qui cumulent à elles seules 143 participations au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc. Alors si pour toutes les autres catégories, ce prologue ne comptera que pour établir la grille de départ du lendemain, pour la catégorie EXPERT les premiers kilomètres perdus compteront pour le classement général.
______________________________________
NDLR :
A l’heure où ces lignes sont rédigées, les équipages ont rendu leurs téléphones portables. Il devient donc impossible d’obtenir des informations en direct. A partir de ce soir, les équipages disposent d’un accès internet limité chaque soir au bivouac pour transmettre quelques informations. Ceci doit leur permettre de prendre connaissance des messages d’encouragement que vous leur ferez parvenir via la page officielle du rallye des gazelles ou via le site partenaire http://www.laposte.net.
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 30 Mars 2015 23:53

RALLYE DES GAZELLES : ETAPE 1

ETAPE 1 - Jeudi 26 mars 2015
MECH IRDANE / MECH IRDANE – kilométrage idéal 180 km – temps estimé 9h00

Etape en boucle

Les premiers kilomètres se feront sur route … Histoire de bien prendre en compte que même si la route ne dispose pas d'un revêtement parfait, ce sera toujours bien mieux que de naviguer en hors-pistes. CP1 validé, les gazelles sont véritablement lancées ! Les espaces sont plus grands, les regards ne peuvent tout apercevoir. Les premiers véritables tours de roues dans le désert.
L'étape du jour ne sera pas la plus dure. Le terrain est très roulant et les reliefs peuvent s'éviter de loin. Pas de très gros pièges en perspective…Bien que… En effet pour valider le dernier contrôle de passage (CP) de la journée, il ne faudra pas s'assoupir. La carte est fine… vraiment très fine. Le dessin de cette zone est très particulier et les reliefs pas forcément évidents à identifier sur la carte. Et puis les premières dunes vont se dresser sur la route des Gazelles et même si elles ne seront pas hautes, le sable chaud freinera sûrement les ardeurs de certaines.

En définitive que ce soit les 4x4, les camions, les Cross-overs, quads, motos ou SSV la journée ne posera pas trop de problème. Mais si le rallye ne se gagnera pas ici, cette première étape pourrait bien hypothéquer les chances de certaines !

Pour la catégorie EXPERT, c'est le même parcours enfin presque … En effet la zone plus difficile de fin de parcours va accueillir en plus du dernier CP, leurs deux premiers CP de la journée pour cette catégorie. Et ne croyez pas que cela sera un avantage d'être passé le matin déjà; loin de là. Entre le matin et le soir, la lumière change et les montagnes apparaissent bien différentes. Il va y avoir des surprises …

Prologue terminé, les choses sérieuses peuvent commencer. Premier réveil à 4 heures par Dominique Serra, la directrice du rallye. Premier briefing à 5 heures. Il faut prendre le rythme ! Le ciel encore étoilé augure une belle journée ensoleillée mais avec un vent déjà bien présent. Ce matin, tous les équipages prendront le départ, contrairement à hier où 4 équipages n’avaient pas pu participer au prologue. Au programme de l’étape du jour : 7 balises et un retour au bivouac.

Le premier contrôle de passage est commun et se fait par la route. C’est à partir du 2ème CP que les parcours se séparent. Les Gazelles devront bien ouvrir les yeux car elles pourraient tomber sur des des cultures qu’elles se doivent de respecter car la pluie s’est longtemps faite attendre pour les agriculteurs dans cette zone. Théoriquement, le parcours ne comprend pas de sable. Mais si les filles roulent dessus, Ludovic Taché, le directeur sportif le rappelle : « n’oubliez pas de dégonfler les pneus du véhicule pour éviter de pelleter par la suite ! »
Heure de fermeture des CP à 19 heures. La journée promet donc d’être longue mais avec de beaux paysages en perspective…

NDLR :
Sur cette première étape, nos Gazelles ont parfaitement débuté leur progression. Pour Bénédicte, il s’agit de mettre en oeuvre les techniques apprises lors du stage de formation. Après avoir positionné sur la carte la balise à atteindre, Bénédicte défini la meilleure route pour y parvenir. Elle détermine les caps et les distances qu’il faudra suivre successivement. Ensuite, elle désigne à Sandra un point de repère visuel dans le paysage.

RAG20150325_Leg0_JEA_010065.JPG


Ce point de repère établi, Sandra peut alors prendre la direction de cet objectif en adaptant sa conduite au terrain et aux capacités de franchissement du véhicule. Bénédicte surveille alors la progression du véhicule à travers la distance qu’enregistre le Terratrip (un compteur kilométrique amélioré). Une fois la distance définie parcourue, elle désigne un nouveau point visuel et ainsi de suite.
A 17h25, le CP5 est atteint par l’équipage 235

RAG20150326_Leg1_JEA_040182.JPG


C’est ainsi que tout s’est passé du départ jusqu’au CP5. Comme le montre le suivi cartographique, la progression se fait au cap, la trace de l’équipage se confondant avec le tracé idéal.

C’est alors que les choses se sont compliquées au point que l’équipage n’est pas parvenu à atteindre la balise 6 avant la fermeture de celle-ci à 19h. La nuit tombante à contraint alors Bénédicte et Sandra à installer leur tentes au pied du camion. En effet, impossible de se repérer dans l’obscurité du désert. Pour sur, cette étape marquera les esprits de nos Gazelles. Pour autant, elles ne vont pas baisser les bras. Elles repartiront le lendemain, avant le levé du soleil pour rejoindre au plus tôt la ligne de départ.
___________________________________________________________________________________

ETAPE 2 - Vendredi 27 mars 2015
MECH IRDANE / NEJJAKH - kilométrage idéal 190 km – temps estimé 10h00


Les deux premiers CP ne devraient être qu'une formalité. Route indispensable pour rejoindre un territoire "classique" du rallye, celui des "choux fleurs"…
Cette drôle de plante qui ressemble à un gros choux fleur vert et gris qui en plus de ne pas être comestible est aussi dure que de la pierre. Il faudra savoir les éviter sinon le rappel à l'ordre sera immédiat. En plus de cela, la zone est ravinée d'oueds plus ou moins profonds, plus ou moins franchissables. La pilote devra batailler, poser sa roue où il faut, mettre le coup de gaz opportun … Ce n'est pas les équipages de la catégorie CROSSOVER qui vont nous contredire.

Mais si seulement il n'y avait que cela… Car sur cette zone, en plus des difficultés du terrain, la navigation doit être sans faille. Il y a peu de reliefs marqués et souvent ils sont trop loin pour ne pas être masqués par les brumes de chaleur. Ainsi les repères sont bien souvent inexistants ou au mieux incertains. Pour la catégorie Expert, rien de bien différent si ce n'est avant le dernier CP… Celui-là il est bien calé au fond de son oued sableux, il est beau et saura se faire mériter. Les accès pour faire le moins de kilomètres possible ne sont pas nombreux et la moindre erreur de stratégie se paiera immédiatement sur le compteur.

Après cette longue étape, la nuit au bivouac sera la bienvenue surtout que demain les pelles seront à coup sûr en action … Mais ça c'est demain !
La crevaison, cela arrive même aux « expertes » !

INFO LIVE- 07H45 (tirée du site officiel)
Le 235 arrive lui aussi sur le bivouac. C’est la balise 6 qui l’a beaucoup retardé hier. Du coup, elles ont dormi dehors, un peu déçues de rater le départ avec les autres gazelles, mais contentes d’avoir passé une nuit plus calme qu’au bivouac.

NDLR :
Avec plus de 2 heures de retard sur les premières gazelles, il sera difficile de revenir dans la partie au cours de la journée. Mais nos gazelles foncent du mieux qu’elles peuvent. L’Unimog se montre particulièrement efficace dans les champs de « choux fleurs ». Elles parviennent à faire un sans faute jusqu’à la balise 4 qu’elles atteignent vers 17h35.

RAG20150326_Leg1_NIC_040076.JPG


Se pose alors un dilemme : à mi parcours et à moins d’une heure trente de la fermeture des CP, doivent elles tenter de poursuivre jusqu’à la prochaine balise au risque de passer une nuit supplémentaire au milieu de nulle part. Il faut être raisonnable et ne pas tenter inutilement l’impossible. Sans balise à trouver et de nuit, il y a beaucoup plus à perdre qu’à gagner. La décision est prise, retour au bivouac par la route. C’est de loin la meilleure stratégie à cet instant, la course n’est pas terminée.

Une fois arrivée au bivouac, nos Gazelles n’en n’auront pas fini pour autant. Bénédicte va prendre contact avec les commissaires de course pour les formalités. Sandra devra se rendre au parc pour faire les vérifications sur le camion avec l’aide des mécaniciens. Il faudra faire les pleins, inspecter le train roulant, vérifier le serrage des cônes de guidage des ressorts, etc. Et tout cela avant d’aller diner et se coucher. Pour mieux reprendre demain vers 5 heures…

RAG20150326_Leg1_NIC_040093.JPG

___________________________________________________________________________________


ETAPE 3 - Samedi 28 mars 2015
NEJJAKH / NEJJAKH - kilométrage idéal 70 à 110 km – temps estimé 8h00

Etape en boucle

Cela faisait 2 jours que les Gazelles l'apercevaient. Certaines avec crainte, d'autres avec envie et les plus anciennes avec délectation.
Ils ne sont pas nombreux ceux qui osent s'affronter à ce géant. L'ERG CHEBBI est enfin là. Des dunes gigantesques de plus de 400 mètres pour les plus hautes. Un océan de sable qui s'ouvre à nos Gazelles. C'est le jour de l'étape des dunes, si redoutée mais pourtant si attendue.

RAG20150328_Leg3_NIC_040018.JPG


Pour les catégories 4x4/Camion et quad/SSV/moto, il faudra mettre les roues dans le sable. Aucune échappatoire possible malgré que les équipages puissent choisir leur route entre 3 trajectoires. Un parcours Z qui serpentera aux pieds des dunes pour les moins aguerries. Attention ce ne sera pas une partie de plaisir pour autant. Si les pentes sont moins raides et les creux moins profonds, du sable il y en aura et que vous soyez tout en haut ou tout en bas, il faudra batailler contre lui. Une autre trace, le parcours Y. Là, on tutoie les plus hauts sommets de sable. La navigation n'est pas dure certes, mais le relief est plus accidenté et les difficultés croissantes tout du long de la progression. Enfin le parcours X qui verra les plus audacieuses en découdre. Cette fois c'est des murs de sable qui se dresseront devant les Gazelles. Il faudra les contourner, les amadouer pour qu'ils leur offrent leur passage. Elles s'approcheront des sommets, verront ces drapeaux à quelques centaines de mètres … et pourtant qu'il sera dure de s'en approcher.

Les équipages de la catégorie Expert n'auront pas de choix. Un seul tracé possible. Celui qui monte et monte encore. Elles croiseront les équipages ayant fait l'option des parcours Y ou Z au CP c'est sûr, mais par des chemins tutoyant les sommets.
La catégorie Cross over ne peut s'attaquer à de si grandes étendues de sable mais cependant elles n'auront pas un périple plus facile. Des reliefs sableux il y en aura … Des montagnes qui font douter aussi … Ce ne sera pas une ballade de santé, loin de là !
Mais enfin quel que soit le parcours arpenté, l'arrivée au bivouac sera source de fierté pour chacune, un souvenir qui marquera sans nul doute à jamais.


NDLR :
Ce matin, nos gazelles ont agit de la manière suivante : foncer vers les dunes en passant par la route afin d’arriver au plus tôt sur le CP1 du parcours Z. Une fois de plus, il s’agit d’une stratégie judicieuse et murement réfléchie.

RAG20150326_Leg1_NIC_040100.JPG


Le parcours Z est moins difficile et donne plus de pénalités :
Lors de sa préparation, l’équipage n’a pas pu faire de stage de pilotage en camion dans les dunes marocaines. Faisant appel à son expérience et au conseil de son mentor, Elisabete JACINTO, Sandra a préféré jouer la carte de la sécurité afin d’assurer un bon déroulement d’étape. Il ne faut pas oublier qu’il reste encore de nombreux jour de course. Les étapes marathon restent à venir, et beaucoup de choses peuvent évoluer.

Sans titre.png


Pourquoi passer par la route, et donc en granger des pénalités en termes de distance parcourue ?
De manière générale, la portance du sable diminue au cours de la journée (évaporation de l’humidité accumulée au cours de la nuit). Par conséquent, le camion sera plus en difficulté que tous les autres véhicules car schématiquement, il dispose d’un rapport poids / puissance inférieur à la majorité des autres 4x4 (150cv et 367Nm de couple max pour 5,5t). Le départ étant donné à 07h00, la seule option de l’équipage est alors de parvenir aux dunes au plus tôt afin de profiter de la meilleure portance possible. Il faut aussi adapter au mieux la pression des pneumatiques. Des pneus dégonflés offrent une meilleure portance (emprunte large) mais les risques de déjantement, synonyme de grosse galère, augmentent de manière proportionnelle.
A 10h05 nos gazelles ont atteint la première balise
Une fois le CP1 atteint, nos gazelles n’ont plus bougé de la journée… Est-ce une panne mécanique, un problème plus grave ? Heureusement, il semble qu’il s’agisse simplement d’un problème de balise Iritrack.


Dans la nuit, un message de Sandra apporte quelques éclairages sur la situation :
« Hier, étape cassante ! Aujourd'hui, les dunes ! J'ai longuement discuté avec Elisabete JACINTO qui m'a fortement conseillé de prendre le parcours le plus facile pour les dunes. En accord avec Bénédicte, nous avons suivi son conseil. Ça c'est super bien passé. L’Unimog passe super bien ! Un régal ! Par contre, je suis extrêmement vigilante car il y a une fuite au niveau du soufflet du pont avant et nous perdons de l’huile. (…) Avec Béné, ça se passe très bien. Je n'ai jamais rencontré un tel chat noir. Elle m'en fait pleurer de rire ! (…) Perso, je suis très crevée ! C'est très difficile de le faire en camion derrière le volant ! Mais ça va ! Sur ce, bonne nuit et gros gros bisous ! Je vous aime ! »


Qui est Elisabete JACINTO ?
La portugaise, Elisabete JACINTO est professeur de géographie. Elle débute sa carrière sportive en moto dans les années 90. Elle participe aux DAKAR de 1998 à 2009. En 2003, elle fait ses débuts en camion. Seule femme pilote de camion, elle participe régulièrement à des courses FIA. Elle rencontre Sandra RIVIERE en 2012 sur le rallye des Gazelles et devient sa marraine.
Plus d’infos :
http://translate.google.fr/translate?hl ... rev=search
___________________________________________________________________________________


ETAPE 4 - dimanche 29 et lundi 30 mars 2015
MECH IRDANE / OULAD DRÎSS - kilométrage idéal 335 km – temps estimé 20h00 Etape marathon


Après une journée de sable ayant commencé à puiser dans le capital énergie des Gazelles, il est temps de poursuivre avec la première étape marathon. Plus de 335 kilomètres en autonomie totale, pas d'assistance mécanique le soir, pas de ravitaillement carburant, un bivouac improvisé et 13 CP à valider sur les deux jours.

RAG20150328_Leg3_NIC_040035.JPG


Sur la première journée et dès le premier tour de roues, les difficultés sont bien là. La navigatrice va devoir se surpasser et oser prendre des risques. Le plateau de l'Amada du Guir sera toutefois un bon guide si la visibilité le permet … Inch Allah.

Un quatrième CP pour recharger les réservoirs et les Gazelles vont s'engouffrer dans des reliefs et vallées très marqués. Ce ne sera encore pas facile de s'engager sur le bon passage. Certains se refermeront inexorablement pour ne laisser qu'un seul choix : celui de faire demi-tour et de perdre autant de kilomètres au compteur …

11070255_940227819360596_2502856231098005613_n.jpg


En fin de journée il faudra franchir un oued. Elles auront déjà traversé au cours des trois premières étapes ces rivières qui ne voient que quelques fois par décennie de l'eau … Mais là c'est un mythe que les Gazelles auront en face d'elles. Près de 6 kilomètres de largeur, plusieurs bras crevassés, des zones humides stoppant n'importe quel véhicule … Les équipes de reconnaissance ne nous contrediront pas ! L'oued Rheris.

Pour la catégorie Expert, les mêmes difficultés mais avec en bonus 2 CP dans le sable. Les chaussures vont encore se remplir de sable car même si les dunes vont leur apparaître comme peu élevées, c'est un sable très poussiéreux qui va s'offrir à elles … Et là, malgré leur expérience, la moindre erreur va se payer "cash" en minute de pelletage. Et pour renforcer la difficulté sur cette étape il ne faudra pas manquer de temps en fin de journée du lendemain pour pouvoir pointer les 13 CP.

Mais pour toutes nos aventurières, une fois l’oued passé, la récompense sera magique ! Un sable rose, des pierres couleur argent, des montagnes sculptées depuis des millénaires. Un terrain idéal pour le bivouac du soir, loin de l'effervescence des soirées précédentes. Une nuit sans lumière, rien que le ciel étincelant d'étoiles que nous n'apercevons jamais sous nos contrées.

RAG20150327_Leg2_NIC_090125.JPG


Seconde journée, cette fois ce sont les plaines sablonneuses d' Hassi Bou Haiara qui s'offrent aux compétitrices. Du sable il y en aura pour toutes les participantes. Certes pas aussi majestueux que lors de l'étape de l'Erg Chebbi, mais pas forcément moins "fourbe"…. Il faudra là aussi bien choisir sa trace et que la confiance entre navigatrice et pilote soit totale.

Le retour au bivouac devrait être une bénédiction pour beaucoup. Les voitures pourront rejoindre leur atelier mécanique respectif pour se refaire une santé pendant que les équipages passeront par la tente restaurant pour se raconter les péripéties de ces deux jours autour d'un bon thé à la menthe. Le temps s'accélère et le classement devrait prendre forme à l'arrivée de cette première étape marathon. Il serait sans doute présomptueux de dire que le podium est déjà figé, par contre il ne serait pas présomptueux de dire qu'il pourra déjà être perdu pour certaines.
Et puis demain c'est encore marathon !

NDLR :
Les gazelles se sont lancées ce matin sur cette étape marathon vers 06h40. Le CP1 est atteint vers 08h00. Le camion est au pied de la seconde balise vers 10h30. Le rythme de progression est bon et les filles ne perdent pas de temps au contrôle. Puis de 11h00 à 14h15, le suivi en temps réel indique qu’elles ne bougent plus. La panne d’Iritrack ayant été écartée, l’immobilité temporaire de l’équipage ne semble s’expliquer que par une crevaison ou l’aide à un autre équipage en difficulté.

RAG20150327_Leg2_NIC_090094.JPG


Vers 15h45, c’est le CP3 qui est en vue. A peine le temps de s’arrêter, et les filles repartent pour la balise 4 qui est atteinte dès 16h20. Elles repartent vers le CP5 sans perdre une minute. Elles ne lâchent pas le morceau malgré les difficultés et reviennent sur certains équipages égarés.
Tout va bien, lorsque vers 17h45, nos gazelles entament une curieuse manoeuvre. C’est la fameuse « boucle du cerf ». Probablement, une erreur de navigation qu’elles ont détectée suffisamment tôt pour reprendre la bonne direction. A 19h00, elles décident de s’arrêter pour passer la nuit. Elles ont rejoint l’équipage n°125, pour ne pas passer une nouvelle nuit toutes seules. L’équipage 125 est composé de 2 « première participation » : Christelle PERALDI et Christine COMMIER. Le reste des gazelles s’étale du CP2 au CP7.

Après les vérifications d’usage sur le véhicule et la préparation de l’étape du lendemain (il reste 9 CP à trouver). Les filles vont pouvoir s’installer au pied de leur véhicule pour une courte soirée. Pas question de veiller ce soir, car la journée de demain sera rude. Non loin de là, les véhicules de l’organisation veillent afin de s’assurer que tout se passe bien.

RAG20150327_Leg2_NIC_090112.JPG


Parlons classement
Les classements sont transmis par l’organisation une fois seulement que ceux-ci sont validés par le directeur sportif. Il faut relever les compteurs des équipages rentrés, vérifier les pénalités de chacun et faire la synthèse. Le classement n’est donné qu’une fois toutes les pénalités intégrées. Si un équipage ne rentre pas, le classement ne peut être établi, c’est pourquoi il n’est communiqué que le lendemain de l’étape.

Etape 1 :Les filles obtiennent 189,84 kilomètres de pénalités (balises non validées et kilométrage en plus du parcours idéal défini). Elles se classent alors 61ème sur 125.

Etape 2 : Avec les 2 heures de retard sur le départ, cette journée a mal débutée. Malgré une très bonne navigation, l’équipage n’a pas le temps d’atteindre le CP5 et rentre par la route. Elles sont pénalisées de 328,54 km. Elles pointent alors à la 86ème place de l’étape.

Etape 3 : Elles sont pénalisées de 320,6 km et stagnent à la 85ème de cette journée. Le choix du parcours le plus facile, leur octroie automatiquement 200km de pénalité, ce qui ne peut rien arranger.

Au bilan, l’équipage 235 se classe 78ème au général avec 838,98 km de pénalité.

Quel bilan pouvons-nous tiré à mi-course ?
La première chose est que la course n’est pas terminée. Même s’il semble difficile d’atteindre les meilleures, ou tout du moins se placer dans le premier quart des équipages (<40ème) l’équipage 235 peut encore se placer dans la première moitié du classement dans la mesure où les étapes marathon multiplient les risques de pénalités.

RAG20150327_Leg2_NIC_090137.JPG


Est-ce grave ?
Non, évidemment ! Le premier objectif était de prendre le départ : il est réalisé. Le second est de terminer la course : c’est en bonne voie. Le dernier est de parvenir à entrer dans le Top 30 : là, ce sera plus difficile. En effet, le choix audacieux de partir en camion implique un certain nombre de contrainte, comme nous l’avons vu lors de l’étape 3 dans les dunes. Il faut rappeler que pour Bénédicte, il s’agit d’une première participation. Pour Sandra, c’est son premier rallye au volant d’un camion ! Surtout, à chaque instant nos 2 gazelles font leur possible, et plus encore, pour se rendre fier de tous ceux et toutes celles qui ont placé leur confiance en elles.
Pièces jointes
RAG20150328_Leg3_NIC_040004.JPG
RAG20150328_Leg3_NIC_040028.JPG
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 01 Avr 2015 23:20

ETAPE 4 - lundi 30 mars 2015 / 2ème jour de la première étape marathon
MECH IRDANE / OULAD DRÎSS - kilométrage idéal 335 km – temps estimé 20h00


Pour ce deuxième jour de l’étape marathon, les Gazelles ont traversé les plaines sablonneuses d’Hassi Bou Haiara. Les réveils ont été plus tardifs que d’habitude, ce qui a joué des tours à certaines. Des problèmes de mécanique ou de navigation les ont empêchés d’atteindre leur balise avant sa fermeture, alors qu’il n’était que 11h du matin. « Du coup, on a profité de la journée, on s’est arrêté dans un petit village pour acheter des provisions de nourriture » savoure l’équipage suisse 114 (114-ILLIEN/FAYE-JOBA JARDIN). Mais il fallait bien une petite heure de sommeil en plus. Les mines sont tendues mais bronzées chez les Gazelles.

Les voitures aussi sont fatiguées. « Notre voiture commence à chauffer. A priori, c’est l’arbre de transmission. On a quand même fait un appel mécanique mais on continue ! ». Pour le quad de l’équipage 30 (30-MOUNIER/MARCON- LOGISTIC 43 BENOIT COTTIER), c’est le cardan qui est en train de lâcher « mais il va falloir qu’il tienne la journée. » Les Gazelles ont développé des talents de mécanicienne dirait-on.

RAG20150330_Leg4_NIC_070142.JPG


Les filles se racontent leur soirée dans le désert. Il y a les Américaines qui ont dormi dans un canyon, d’autres qui ont mangé une tartiflette et d’autres encore qui sont tombées nez à nez avec deux scorpions. Les Gazelles ne risquent pas d’oublier cette nuit.
Mais pour le moment, il faut avancer. Il y a cette question qui revient un peu tous les jours : « Et Betty, elle est passée ou pas ? ». La championne en quad sera-t-elle détrônée ou pas cette année ? Le suspens reste entier pour le moment.

Il fait toujours aussi chaud et le sol est toujours aussi poussiéreux. La journée se termine par un spectacle des plus émouvants : le cirque de Tafenn, paysage stérile d’abord puis la palmeraie de Tagounit, longue d’une trentaine de kilomètres qui fut un oasis de quiétude au soleil couchant. Le retour au bivouac était attendu par toutes. Les Gazelles n’ont qu’une hâte : se laver. Les voitures aussi devront se refaire une santé pour repartir de nouveau demain sur une autre marathon.

___________________________________________________________________________________
NDLR :
La veille, nos Gazelles sont à quelques kilomètres du CP5. Elles se sont arrêtées à la nuit tombée pour bivouaquer avec l’équipage n°125. Cette journée va être longue car il leur reste 7 CP à valider. Dès 06h00 sous le soleil levant, elles se mettent en route. Elles décident de gagner du temps, et foncent directement vers le CP6 qu’elles atteignent vers 7 heures. Elles repartent immédiatement vers le CP6, et après une petite hésitation, elles abordent la balise vers 11h00. Il est 14h30 quand elles se trouvent à quelques encablures de la balise 7. Mais voilà, soudain elles ne n’avancent plus.
Malheureusement à partir de cette position, elles ne progresseront plus de la journée. La nuit tombe sur le parcours, et voilà Sandra et Bénédicte contraintes de faire une nouvelle nuit au pied du camion. Peu d’information filtrent au niveau de l’organisateur. Concrètement, les équipages qui ne sont pas rentrés cette nuit doivent être au bivouac avant midi pour valider l’étape 4 et partir dans la foulée sur l’étape (qui est aussi une étape marathon de 48 heures).

RAG20150328_Leg3_ERI_010093.JPG


ETAPE 5 - mardi 31 mars et mercredi 1 avril 2015
OULAD DRISS / FOUM-ZUID - kilométrage idéal 280 km – temps estimé 18h00


Qui ose dire que le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc n'est pas un évènement sportif à part entière … La seconde étape marathon succède à la première qui elle-même succédait à l'étape reine des dunes. Encore deux jours pour venir à bout de ces 5 "journées folles".
La région de MHAMID, ses hommes bleus, son sable, ses collines, son oued Draa… et ses tempêtes ! Le vent, l'ennemi de ces deux jours. Déjà la navigation n'est pas aisée mais quand les éléments s'en mêlent alors tout se complique.
Cohésion parfaite attendue dans le véhicule. La navigatrice devant toujours se repérer et garder bien à vue les reliefs du vieux djebel. La pilote devra toujours recaler son cap car ici on ne met pas les roues où l'on veut, mais où l'on peut. Des dunettes innombrables interdisent tout le temps de garder un cap. En mer, on appelle cela la dérive mais ici pas de courant, juste des petits tas de sable mesurant à peine plus de deux mètres qui vous pousse, vous pousse, vous pousse… Ici on ne parle pas en kilomètre pour se déplacer mais en temps.

En fin de cette première journée, les meilleures attaqueront les dunes. L'erg est moins impressionnant que celui de MERZOUGA, mais cela n'est vraiment qu'une impression. La dune du Diamant surveillera les Gazelles durant toute leur progression.
Quoiqu'il en soit, toutes dormiront sur le sable ce soir. La soirée sera belle c'est sûr. Il faudra profiter de ce calme et encore une fois des étoiles. C'est la dernière nuit … entre Gazelles.

La matinée du lendemain sera consacrée au sable … encore ! Quel que soit le parcours choisi, les Gazelles traverseront l'Erg avec plus ou moins de difficulté, avec comme espoir d'apercevoir des Gazelles… mais cette fois les vraies.

RAG20150330_Leg4_NIC_070063.JPG


Après ce sera le Lac IRIQUI. Ne pensez-pas que les équipages pourront se prélasser sur les berges. Ici point d'eau mais une traversée de plus de 10 km d'un espace lisse et sans relief où l'on peut deviner la sphéricité de la terre… La montagne devant n'aura pas de pieds ou semblera immerger d'une zone d'eau immense. Il faudra batailler contre la chaleur toute la journée pour ne pas perdre la lucidité. Les reliefs grandioses du M'daouer vont s'illuminer en fin de journée pour accompagner nos Gazelles jusqu'au bivouac.

Pour les Expertes, le premier jour offrira le même terrain accentué de "dos d'âne" sableux que pour les autres catégories. Le lendemain, il n'y aura toujours pas de choix de parcours possible. Elles vont une nouvelle fois profiter obligatoirement des dunes les plus compliquées. Après la traversée du lac IRIKI, ce ne sera pas plus simple. Ce sera peut-être une des zones les plus complexes en termes de navigation de cette 25ieme édition. En effet, si les reliefs sont marqués et paraissent être infranchissables, certains passages ouvriront la voie à un tracé proche de la perfection, faisant gagner ces kilomètres si précieux… encore faudra-t-il choisir le bon cap !

L'arrivée au bivouac sera une nouvelle expérience. Un reg fin et roulant. Des acacias éparpillés comme dans la savane…
Il sera alors temps de se reposer, de recharger les batteries pour une toute dernière étape, une toute dernière aventure.

___________________________________________________________________________________
NDLR :
Mais avant d’attaquer l’étape 5, faut-il encore en avoir fini avec l’étape 4. Une part de la réponse est donnée par l’organisateur vers 08h30 : « L'équipage 235 a fait une demande d'assistance technique. Verdict : démarreur HS. L'équipage devrait être évacué de la piste par un camion de l'organisation et serait donc hors classement ». La malchance a frappé, n’ayant pas à porter de la main un démarreur de rechange, impossible de tenter une réparation sur place. L’appel à l’assistance est obligatoire… avec les conséquences qui vont avec.

Par la suite, le suivi en temps réel indique que le camion est conduit à Zagora pour être pris en charge par un garagiste. Il sera prêt à partir demain, et les filles pourront participer à l’étape finale même non classées.
Sans contact direct avec l’équipage, difficile d’expliquer ce qui s’est réellement joué dans le désert marocain. Le temps des bilans viendra assurément ainsi que celui des enseignements à tirer.

Qu’a-t-il manqué à nos Gazelles ?
De la volonté et du courage, certainement pas. Du temps, peut être. Un peu de chance, assurément ! L’expérience de Sandra lors du Rallye des Gazelles en 2012 en tant que navigatrice sur un Unimog U400 l’atteste. La panne fatale au camion (casse d’un réducteur) était intervenue à l’issue de l’étape finale lors du transfert vers Essaouira.

Que faudra-il donc changer, modifier, adapter ou améliorer pour réussir ce pari audacieux. Des questions qui n’auront de réponses qu’au retour de l’équipage. Il serait d’ailleurs bien imprudent et présomptueux que de jeter un jugement péremptoire sur cette aventure.
Au demeurant, la première certitude est l’immense déception qu’ont nos 2 Gazelles de n’être parvenues au terme de ce rallye. Une déception partagée par l’ensemble des participants à leur projet. La seconde est qu’il ne faut pas rester sur un échec, apprendre de ses erreurs et quoiqu’il arrive : toujours persévérer !
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 01 Avr 2015 23:23

AU départ DE L’ULTIME ETAPE DE CETTE 25ème EDITION DU RALLYE DES GAZELLES


Même en étant hors classement suite à une panne de démarreur, Sandra RIVIERE et Bénédicte FLEITOUR pourront prendre le départ de la dernière étape de ce 25ème Rallye des Gazelles. Un peu déçues, elles gardent un moral intact comme au premier jour.

Alors que les autres Gazelles encore en course sont sur le point de terminer la seconde étape marathon, Sandra et Bénédicte sont depuis hier soir à Zagora pour tenter de trouver une solution afin de réparer le démarreur du camion. Elles ont finalement pu rejoindre le bivouac ce soir vers 17h45. Profitant d’un court moment de temps libre, Sandra nous adresse pour la seconde fois depuis le début du rallye un petit mail dans un style télégraphique : « Coucou (…), on a crevé en dévers et on a réussi à changer la roue sans assistance avec l'aide de deux équipages. 1 pour descendre la roue et un autre pour placer la roue. On a été filmé ! Les amortos trop rigides, les LEDS impeccables, heureusement qu'elles sont là ! Dans la cabine, c'est un bazar monstre, pas assez de rangement ! Moral : on est déçue mais contentes de pouvoir continuer».

Dans son court message, Sandra n’oublie pas son engagement envers ceux qui suivent les turpitudes de l’équipage de près comme les malades et le personnel de l’Hôpital de Saumur : « Message pour l'hôpital, ne rien lâcher ! Quand le démarreur à casser ou qu'on n'arrivait pas à sortir le camion des dunes, on a jamais désespéré. Il était hors de question d'abandonné. On a cassé les dunes à la pelle pour pouvoir faire passer le camion. On a la niaque comme vous ! Battez vous jusqu'au bout ! On pense souvent à vous. ».

Même si l’équipage ne sera pas classé, elles pourront effectuer la dernière étape « pour l’honneur » !
Sandra : « demain on repart mais hors classement. C'est comme ça, c'est le jeu. Gros bisous mes amours, soyez fort car nous on sert les dents... »


Focus Team 235 [CAMION] - Le seul camion du rallye

235.jpg
235.jpg (39.14 Kio) Consulté 7101 fois


La roue pèse 80 kg, le tout 1,5 tonnes et il fait 150 chevaux. Il s’agit de l’unique camion de ce rallye choisi par Bénédicte et Sandra. « On apprend à se connaître tous les trois. On a beaucoup progressé en franchissement, mais c’est très impressionnant de conduire un camion pour ce type d’épreuve ». Sandra en est à son troisième rallye et son second avec un camion. Elle se prépare en fait au Dakar : « il fallait bien commencer par quelque chose ». Niveau compétition, elle s’est déjà exercée à l’Europea Truck Trial à Montalieu Vercieu l’an dernier. Buzz total : « j’étais la seule pilote femme française ». Côté classement, avant le départ, Bénédicte visait le top 5. Après une demi-journée de rallye, la 10ème et maintenant, elles veulent juste ne pas être hors-classement. Sandra, elle, voudrait battre son classement personnel : 34ème l’an dernier. Elles ont avec elles deux mascottes, Rex le lion et Loup. Deux mascottes pour deux écoles primaires, l’une à Saumur, l’autre à Rennes qui suivent l’aventure des deux Gazelles. Une belle façon de leur montrer les valeurs du rallye et les différences entre la France et le Maroc.
235-RIVIERE/FLEITOUR-MARCADE EVENT

___________________________________________________________________________________
NDLR
Cette publication se trouve sur le site officiel du rallye des Gazelles. Il y a quelques imprécisions. En effet, si le camion fait bien 150cv, il pèse 5,5t et non 1,5t. De plus, c’est en 2012 que Sandra a participé au rallye des Gazelles à bord d’un camion Mercedes Unimog U400 comme navigatrice.
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
benj
Fluidifieur de Traffic
Fluidifieur de Traffic
Messages : 273
Inscription : 10 Sep 2011 09:41
Type de véhicule : midlum
Nom de Famille : massé
Prénom : benjamin
Département : 38
Hobbie(s) : voyagessssss
Localisation : saint just chaleyssin 38
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar benj » 02 Avr 2015 07:25

hello manu

bon j'ai pas eu le temps de tout lire mais j'ai bien suivi tes comptes rendus!!
pour une première c'est super
un peu plus de préparation et RDV l'année prochaine

a plus

benj

Avatar de l’utilisateur
OB1KnoB
Je scinde les sujets.
Je scinde les sujets.
Messages : 6203
Inscription : 14 Jan 2007 12:28
Type de véhicule : B90 4x4
Prénom : dimitri
Localisation : là-bas
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar OB1KnoB » 02 Avr 2015 10:51

Et bien voilà, c'est bien mieux ici qu'en MP je suis d'accord :wink:

Merci pour les compte-rendus, et comme le dit Franck ne te fie pas au nombre de réponses mais plutôt au nombre de vues car en l'occurrence ce type de post est le genre que je me mets sous le coude pour lire le week-end car si je commence à lire ça le matin en arrivant au boulot, quand j'ai terminé c'est l'heure de l'apéro :lol:

@+ et bonne chance aux filles!
dimitri
>> Tutorial pour insérer une photo dans un message, cliquez ici <<
sauvez un arbre, mangez un castor

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 02 Avr 2015 22:28

dernière ETAPE DU RALLYE DES GAZELLES


ETAPE 6 - jeudi 2 avril 2015
FOUM-ZGUID / FOUM-ZGUID - kilométrage idéal 120 km – temps estimé 7h00


Dernière ligne droite, dernier préparatif… Après 8 jours, ce sera la dernière fois que les équipages franchiront la ligne de départ. Une étape assez courte et sans difficulté particulière mais pas sans intérêt, car sur les trois dernières éditions le podium s'est toujours décidé lors de cette dernière journée.

Les caps seront ici plus courts mais les reliefs plus nombreux. On alterne entre grandes plaines, vallées encaissées et passages techniques. Pas forcément de problème de temps aujourd'hui. Les meilleures des catégories 4x4/Camion, Quad/Moto/SSV et Crossover devraient en profiter pour avancer avec prudence et précision… car chaque kilomètre perdu sera un pas de plus fait vers le podium.

Pour la catégorie Expert, le temps sera une donnée à prendre en compte. Car le parcours fait 140 km et il retournera dans le sable. Mais ces difficultés offriront la chance de traverser une seconde fois IRIKI.

RAG20150401_Leg5_NIC_050007.JPG


Un dernier azimut. Les derniers repères à l'horizon. Les Gazelles reconnaitront la savane qui entoure le bivouac. L'aventure est bientôt terminée mais pas sans qu'elles puissent exploser de fierté en franchissant la ligne d'arrivée.

Alors c'est vrai, il ne restera que des souvenirs … Mais quels souvenirs !

RAG20150401_Leg5_NIC_050163.JPG


" Une secrète mélancolie s'attache aux choses qui meurent quand on les a beaucoup aimées. Bien sûr, il faut savoir refermer la parenthèse, accepter de se voir relayer, savoir, sur la pointe des pieds, discrètement disparaître dans les coulisses. "

THEODORE MONOD

___________________________________________________________________________________
NDLR :


La navigation au cap
Partant sans le stress du classement final, nos gazelles ont décidé de se faire plaisir sur cette ultime étape. Pour autant pas question de partir la fleur au fusil. Le départ est donné vers 07h15. La première balise est atteinte dès 08h00 puis la seconde à 10h20. Le terrain n’est pas difficile et le camion file bon train. Il n’est pas midi que nos Gazelles sont déjà à la balise 3. Confiantes, elles poursuivent toujours aussi pugnaces vers le CP4. Il est 13h00 et celle-ci est en vue. Navigant toujours au cap, nos Gazelles s’en vont rejoindre le CP5 sans sourcier. Là encore, elles ne tardent pas à être au pied de cette 5ème balise (15h15).
Ensuite, le tracé semble moins cohérent car nos Gazelles ne se dirigent plus en direction du CP6. Elles ont décidé « d’aller faire un tour ». Est-ce par mégarde ou par nécessité, elles rentrent au bivouac en début de soirée.
Une dernière fois, elles franchissent la ligne d’arrivée avec un sourire non dissimulé ! Voilà, c’est fini. Cela aura été vraiment dur et rien ne leur aura été épargné. Mais ça en valait vraiment la peine. Quel courage et quelle abnégation ! Chapeau bas mesdames.

22611_941946669188711_8535721218496972480_n.jpg
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin

Avatar de l’utilisateur
Luke
Conducteur de bolide de rang 2
Conducteur de bolide de rang 2
Messages : 333
Inscription : 06 Mars 2010 22:02
Type de véhicule : Volvo 4x4 de 14 tonnes de 1997
Nom de Famille : Harrison
Prénom : Luke
Métier : Ingénieur Mécanique
Département : 06
Hobbie(s) : CCPL 4x4, VTT
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar Luke » 03 Avr 2015 09:27

Oui;
Chapeau bas!

Et merci pour ce reportage.
C'était un vrai plaisir de lire et de rêver un instant.
Vivement l'année prochaine, et "rien lâcher"

Avatar de l’utilisateur
Bernard-52
Shooter de chèvres
Shooter de chèvres
Messages : 1393
Inscription : 17 Nov 2007 00:18
Type de véhicule : Land Rover Serie III + Brimont Brutt
Prénom : Bernard
Département : VD-Suisse
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar Bernard-52 » 03 Avr 2015 10:08

Merci pour ce résumé des aventures de 2 gazelles.

Et oui, la compétition et la mécanique réservent souvent des surprises...

L'important c'est de participer !
Quelques voyages avant un tour du monde
http://landroamer.blogspot.ch/


Image

Avatar de l’utilisateur
Chips
Vive les plaques !
Vive les plaques !
Messages : 1697
Inscription : 20 Déc 2009 01:29
Type de véhicule : BRUTT
Prénom : Antoine
Métier : convoi exceptionnel
Département : 80
Hobbie(s) : bilboquet
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar Chips » 04 Avr 2015 13:44

BRAVO LES FILLES ! Quel moral !
Merci Manu pour nous avoir fait partager tout ça ici.
200 cv avec une BT ou un pont éclaté t'as bien plus l'air d'un con que les 150cv qui finissent...
faut r'connaitre, c'est du Bruttal

:arrow: Membre BMH & Co

Avatar de l’utilisateur
MaNu42
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Pêcheur sans cabane au fond du jardin.
Messages : 1202
Inscription : 20 Déc 2009 11:54
Type de véhicule : BRIMONT ETR R4 + S4 / ACMAT VLRA
Localisation : Saumur 49
Contact :

Re: Les Gazelles en (Brimont)... Unimog

Messagepar MaNu42 » 04 Avr 2015 21:39

De rien, ici c'est service compris !

Maintenant j'attends le retour à la maison car là aussi il va y avoir du boulot.
Tout remettre en ordre, tout checker avant de rendre le camion, et bien sur tout débriefer car c'est vraiment la première fois que ma femme partait au volant.
Il y a beaucoup a retirer d'une telle aventure. On fais en sorte d'apprendre de nos erreurs.

Pour l'an prochain, je pense qu'il ne faut pas s'emballer... on est sur les rotules (j'en ai fait une ce matin sur le 80 d'ailleurs).
Ce sont les vicissitudes des sportifs amateurs !
Libres, mais fauchés (et vis et versa) !
Lol
http://www.sandrariviere.com/ Le camion tout terrain au féminin


Revenir vers « Brimont »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 23 invités