MISE EN GARDE NOUVEAU CT

Attention pour les annonces de véhicules me contacter si vous voulez les mettre sur le site et non sur le Forum --> bernard@debucquoi.com
Avatar de l’utilisateur
L'équipe BMH
Messages : 1
Inscription : 30 Avr 2018 21:56
Contact :

MISE EN GARDE NOUVEAU CT

Messagepar L'équipe BMH » 30 Avr 2018 21:49

Bonjour a tous,

Comme vous le savez les contrôles techniques vont fortement changer à partir du 20 mai 2018 et ils vont se durcir sur bon nombre de points qui pourraient mettre de coté certains véhicules.

Les anciens véhicules ayant quelques fuites ou autres soucis qui passaient auparavant au CT pourraient se voir refuser le sésame permettant leur circulation.
De même les véhicules aménagés sans avoir obtenu la mention VASP CARAVANE pourraient aussi ne plus être acceptés par les contrôleurs.

Nous ne savons pas comment les contrôleurs vont appliquer ces nouvelles règles ni où se porteront leur zone de tolérance et de ce fait nous préférons vous mettre en garde concernant vos prochains achats.

Avatar de l’utilisateur
2MV
Mad scientist
Mad scientist
Messages : 919
Inscription : 19 Oct 2007 20:04
Type de véhicule : iveco 4010
Nom de Famille : Viollat
Prénom : Michel & Marilyn
Métier : Retraité (lui) et herboriste (elle)
Département : 30
Hobbie(s) : Oh, bah! Hobo
Localisation : LANGUEDOC
Contact :

Re: MISE EN GARDE NOUVEAU CT

Messagepar 2MV » 17 Mai 2018 22:23

Comme nous l’avons évoqué pendant près d’une heure lors du rasso à Puivert, c’est ce dimanche 20 mai, qu’entre en vigueur le contrôle technique millésime 2018, conformément aux nouvelles directives européennes.
Les questions furent nombreuses, les inquiétudes aussi.
Ce nouveau contrôle technique comprend de nouveaux points d’inspection, une nouvelle classification des défaillances, un contrôle plus long à passer et par conséquent plus cher. Chose promise, chose due, voilà ce dont nous sommes sûrs.

Pour les VL
Obligatoire dès le quatrième anniversaire d’un VL, puis tous les deux ans ou bien en cas de revente, cet examen périodique va donc se durcir, raison pour laquelle de nombreux automobilistes se sont rués dans les centres de contrôle avant son entrée en vigueur.
Si l’augmentation du nombre des points de contrôle n’est pas énorme, seulement une petite dizaine, puisqu’ils passent de 123 à 133 points, en revanche celui des défaillances est plus conséquent. Le nombre de ces « défaillances », terme qui remplace désormais celui de « défauts » passe en effet de 410 à 610.
Trois catégories
Ces points de défaillance se classifient désormais en trois catégories.
-La première dite « mineure » regroupant 140 points n’entraînera pas de contre-visite, seulement une préconisation de réparation.
-La deuxième catégorie dite « défaillances majeures », au nombre de 341, nécessitera elle une contre-visite obligatoire mais sera accompagnée d’un délai de deux mois pour permettre à l’automobiliste de faire réaliser les réparations avant la nouvelle présentation du véhicule.
-La troisième, enfin, est incontestablement la plus dure et la plus contraignante. Celle qui inquiète tous les possesseurs de véhicules anciens. Non seulement l’automobiliste qui se verra apposer une vignette spéciale sur le pare-brise de sa voiture ne pourra plus rouler au-delà de minuit le jour du contrôle, sous peine d’une amende forfaitaire de 135 euros, mais qui plus est, il s’engagera lui aussi à une contre-visite une fois les réparations effectuées dans un délai de deux mois.

Différents résultats
« Favorable » si aucune défaillance majeure ou critique n’a été relevée.
« Défavorable » dans le cadre d’une défaillance majeure relevée avec donc obligation de contre-visite sous deux mois.
« Défavorable » pour toute défaillance technique critique répertoriée avec, dans ce cadre-là, une contre-visite obligatoire dans les deux mois et, ce qui est nouveau, l’interdiction de rouler avec sa voiture minuit passé le jour du contrôle sous peine d’une amende.

L’augmentation de ces points de contrôle et de ces « défaillances » va donc accroître la durée du contrôle technique. Si celle-ci était en moyenne de 30 minutes, elle va désormais passer à 45 minutes. Et qui dit temps plus long dit augmentation du prix du contrôle qui, selon les spécialistes, va subir une hausse moyenne estimée entre 15 et 20%...

Enfin autre facteur d’augmentation du coût, celui des contre-visites qui, jusqu’alors, pouvaient être proposées gratuitement par les centres de contrôle mais qui, compte tenu de leur nouvelle fréquence et surtout du temps nécessaire pour les effectuer, ne vont pas manquer de devenir toutes payantes.

Les fourgons et PL aménagés
devront tous être homologués en VASP

Avec l’introduction du nouveau contrôle technique, la première contrainte qui s’impose aux propriétaires de vans, fourgons et PL aménagés est l’obligation de mettre en conformité le certificat d’immatriculation avec le type du véhicule (champs d’information J.1 sur le certificat d’immatriculation). Par exemple, un véhicule utilitaire en catégorie CTTE (camionnette de PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes) ou CAM ne pourra plus être présenté avec son aménagement de camping-car.
Il faudra donc faire passer le véhicule aménagé en carte grise VASP.
Cette mise en conformité garantira les différentes normes en vigueur (aucun danger lié aux installations de gaz et d’électricité, par exemple) et permettra d’éviter le contrôle antipollution annuel. En outre, la couverture d’assurance sera entièrement conforme à l’usage mais aussi aux équipements embarqués qui pourront alors être pris en compte en cas de dommage.
Point positif, le CT pour les poids lourds VASP CARAVANE est désormais valable DEUX ans.
Enfin, il faut se rendre à l’évidence qu’un véhicule aménagé avec une carte grise VASP sera plus facile à revendre. Il est en effet légalement interdit de vendre un véhicule qui n’est pas en conformité avec son certificat d’immatriculation.
Selon la loi, les véhicules concernés par une carte grise VASP (véhicule automoteur spécialisé de PTAC inférieur, égal ou supérieur à 3,5 tonnes) sont les «véhicules à moteur de transport de personnes ou de transport de marchandises aménagés en un véhicule dans lequel sont installés des sièges, une table, un coin cuisine, des lits ou des couchettes obtenues en convertissant (ou pas) les sièges et des espaces de rangement ».
Les particuliers qui souhaitent aménager eux-mêmes leur véhicule utilitaire ne pourront installer une banquette arrière qu’au prix d’une homologation.
Si l'on dispose à bord d’installations permanentes de gaz et d’électricité, pas de doute: on devrait déjà être homologué VASP. La question se posera en revanche pour des utilitaires convertis de manière artisanale, avec des éléments de mobilier plus ou moins amovibles. Dans ce cas, il est encore trop tôt pour savoir quels critères seront retenus par les centres de contrôle technique. On attend donc les premiers témoignages afin d’aller plus loin dans le commentaire.
Les véhicules aménagés qui ont sur leur carte grise les mentions « VP », « CTTE »ou « CAM », cependant que le véhicule est réaménagé, impose à leur propriétaire de l’homologuer « VASP ».
Les véhicules concernés par l’homologation sont les véhicules à moteur de transport de personnes ou de transport de marchandises aménagés en un véhicule dans lequel sont installés des sièges, une table, un coin cuisine, des lits ou des couchettes obtenues en convertissant (ou pas) les sièges et des espaces de rangement.
L’homologation du véhicule doit se faire auprès de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). En région parisienne, c’est auprès de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (Driee) que ça se passe.
Lorsque les travaux ne sont pas réalisés par un constructeur professionnel, la conformité sera attestée par un certificat établi par l’un des organismes agréés (Qualigaz ou Veritas).
Ces organismes vérifient par exemple l’installation de gaz combustible, les appareils de chauffage, de cuisson, réfrigérateurs, appareils de production d’eau chaude, les issues des secours, les dispositifs de ventilation et d’aération et l’installation de combustibles liquides.
Plus d’informations sur https://www.demarches.intérieur.gouv.fr/#sp-chapitre-transformations-necessitant-une-declaration quand le lien fonctionne :mrgreen: :roll:
Le coût pour homologuer un véhicule aménagé en VASP va comprendre différents éléments. Il faut d’ores et déjà prévoir un budget aux alentours de 500€.
La redevance DREAL : 86,90€
Attestation de conformité : 400€
En ce qui concerne la carte grise : prévoir aussi le coût de son changement variable en fonction de l'âge, de la cylindrée et du département de localisation.
Pour l’aménagement on peut aussi passer par un professionnel. Au niveau du budget comptez entre 5000 et 15000€ pour un aménagement sans toit relevable, et 18000€ à 25000€ pour un aménagement avec toit relevable.
Là aussi trois niveaux de défaillances
- 165 défaillances mineures constatables : le véhicule peut rouler. Il doit être réparé sans obligation de contre-visite. Incidences sur la sécurité ou l’environnement : pas de danger.
- 413 défaillances majeures. Soumis à contre-visite. Le véhicule peut rouler. Un délai d’un mois est laissé pour réaliser les réparations et présenter le véhicule pour une contre-visite.
Incidences sur la sécurité ou l’environnement : danger possible.
- 156 défaillances critiques : le véhicule ne peut plus rouler à partir de minuit le jour du contrôle. Une contre-visite est à réaliser dans un délai d’un mois. Incidences sur la sécurité ou l’environnement : danger immédiat.
Exemples de nouvelles défaillances.
Défaillance mineure : le frottement des pneumatiques sur les bavettes (hors élément rigide)
Défaillance majeure : le non fonctionnement ou l’absence des essuie-glaces et lave-glace
Défaillance critique : le non fonctionnement des feux Stop.
Les principales évolutions du contrôle technique PL
• Contrôle OBD réalisé à partir d’un nouveau logiciel vérifiant la cohérence de l’allumage du témoin.
• Contrôle des feux à l’aide de nouveaux réglophares sur des zones qualifiées.
• Sécurisation des données informatiques en liaison avec le SIV (système réseau et nouveaux logiciels).
• Nouveau contrôle visuel des composants des circuits carburant des véhicules Gaz et des fuites, nécessitant de nouveaux équipements de contrôle pour les centres2.
• Évolutions des niveaux de risque pour certaines défaillances :
- 56 % de défaillances « majeure »
- 21 % de défaillances « critique »
Ceci augmente le nombre de points pouvant mener à une contre-visite.
En cas de mise en contre-visite sur la direction, le freinage, les essieux ou la suspension, ces fonctions devront être recontrôlées intégralement. Ceci entrainera un allongement de la durée de réalisation de la contre-visite.
• 85 nouvelles altérations basées sur une analyse de risques liés notamment à ceux concernant les usagers de la route et l’environnement.
• Amélioration du contrôle des émissions (nouveaux opacimètres conformes à la norme NFR 10 025 2016) à compter du 1er janvier 2019.
• Meilleure protection des contrôleurs contre les particules fines et les NOX (cabines pressurisées et filtrées).
Pour le passage au contrôle technique poids lourds, un certain nombre de documents sont à présenter au contrôleur. L’original du certificat d’immatriculation est indispensable.
Liste des documents à présenter le jour du contrôle
Le certificat de conformité initial pour véhicules livrés non prêts à l’emploi et à la première présentation à la visite technique périodique.
Le Certificat d’installation du dispositif éthylotest anti démarrage (EAD) pour les véhicules de TCP et dernière attestation de vérification périodique du EAD à partir de la deuxième année d’installation.
Le PV de réception à titre isolé et individuel.
Le PV de visite technique périodique défavorable (si contre-visite).
L’attestation de vérification du système de limitation de vitesse datant de moins d’1 an pour les véhicules de TCP et de matières dangereuses.
La notice descriptive et certificat de conformité du véhicule ou sa copie.
L’autorisation de circulation prévue pour les véhicules à usage spécifique.
L’amende encourue pour « défaut de contrôle technique » reste inchangée : 135 €, minorés à 90 euros si paiement immédiat.

Voilà où on en est à trois jours du changement. Donc on a bien avancé par rapport aux questions posées samedi à Puivert.
On va tâcher de dégotter l'avis d'un ingénieur des Mines pour préciser tout cela. :mrgreen:
Cordialement
Michel
Грузовик поймёшь – далеко пойдёшь
:arrow: Membre BMH & Co


Revenir vers « Annonces de pièces détachées et véhicules 4x4 »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités